Document sans titre
   
|
|
 
     
|
english
|
|
visiteurs :

Document sans titre
 
Contact
 
 
Nous écrire
 
 
Centre de téléchargements
Page d'accueil
(...) la corruption est un vice qui n’est pas spécifique au Cameroun, c’est un phénomène mondial, mais nous avons pensé qu’un pays comme le nôtre, qui ne dispose pas de ressources énormes, a intérêt à limiter les déperditions d’argent et de fonds. Nous sommes déterminés à aller de l’avant et nous avons non seulement procédé à des arrestations avec des traductions de responsables devant les tribunaux, mais nous avons aussi mis en place un montre certain nombre de structures (...) _/ France 24, 31.10.07
Document sans titre
 
  espace conac
 

L'émission radio

   
 
 
  la conac
 
Présentation

Le Président

Comité de coordination

Le Secrétariat permanent

Divisions et Services

Missions et Historique

   
 
 
  le cameroun
 
Histoire du Cameroun

Géographie du Cameroun

Vivre au Cameroun

adresses utiles

   
 
  liens
 
Sites Web institutionnels

Les Partenaires

 
   
 

Document sans titre
   
Document sans titre le cameroun >> Histoire  
 
Document sans titre
Document sans titre &c

A la recherche de la route des Indes, les portugais arrivent sur les côtes en 1472. étonné par le nombre de crevettes, le navigateur Fernando Póo baptise le pays «Rio dos Camaroes» ce qui veut dire "rivière des crevettes" (l'estuaire du Wouri). C'est ce nom qui plus tard deviendra Cameroun

En 1845, des missionnaires baptistes britanniques s'installèrent au Cameroun, qui entra de fait dans la zone d'influence de la Grande-Bretagne. Mais cela ne dura pas très longtemps : en 1868 un comptoir allemand fut ouvert près de Douala par Woerman, un marchand de Hambourg.

La colonisation allemande commença en 1884 avec la signature en juillet d'un traité entre le roi de Bell et Gustav Nachtigal. Le protectorat s'étendit du lac Tchad au nord aux rives de la Sangha au sud-est. La ville de Buea au pied du mont Cameroun en devient la capitale avant d'être destituée au profit de Douala en 1908. En 1911, un accord franco-allemand étendit les possessions allemandes à certains territoires de l'Afrique équatoriale française. Après la Première Guerre mondiale, pendant laquelle le Cameroun avait été conquis par les forces franco-britanniques, la colonie allemande fut partagée en deux territoires confiés à la France (pour les quatre cinquièmes) et le restant au Royaume-Uni par des mandats de la Société des Nations (SDN) en 1922.

Le Cameroun français se rallia à la France libre en août 1940. La majorité des camerounais éduqués se rallia à la France libre, mais quelques camerounais germanophones furent arrêtés et convaincus d'intelligence avec les allemands. En 1945, il devint un pays sous tutelle de l'ONU, qui remplaçait la SDN. Malgré cela, il devint en 1946 un « territoire associé Â» de l'Union française.

En 1948, Ruben Um Nyobe fonda l'Union des populations du Cameroun (UPC), un mouvement nationaliste. L'UPC fut interdite après les émeutes de Douala en mai 1955. Recherchés par la police, des militants de l'UPC se réfugient dans les forêts, où ils formèrent des maquis, ou au Cameroun britannique voisin. Les autorités françaises réprimèrent ces événements, en procédant notamment à des arrestations arbitraires.

L'insurrection commença chez les bassa dans la nuit du 18 au 19 décembre 1956 : plusieurs dizaines de personnalités hostiles à l'UPC furent assassinées ou enlevées, des ponts, des lignes téléphoniques et d'autres infrastructures furent sabotées. Des unités de la garde camerounaise réprimèrent violemment ces évènements ce qui entraîna le ralliement des paysans aux maquis. Les troupes se retirèrent en mars 1957.

Dans le même temps, l'idée de l'indépendance du Cameroun progressa en métropole.
L'Assemblée territoriale fut élue au suffrage universel et avec un collège unique pour la première fois en décembre 1956, et M'Bida forma le premier gouvernement autonome en mai 1957 ; il fut remplacé par Ahmadou Ahidjo en février 1958.

Indépendance

Le Cameroun français acquit son indépendance le 1er janvier 1960 et devint la République du Cameroun, immédiatement reconnue par les Etats-Unis et l'Union soviétique. Les élections sur le territoire sous tutelle française furent entachées par des émeutes ethniques notamment en pays bamilékés. Les différentes ethnies réclamant chacune leur indépendance.

L'année suivante, la colonie britannique se divisa en deux après un référendum d'autodétermination. Le Nord, principalement musulman, choisit d'intégrer le Nigeria. Quant au Sud, principalement chrétien, il choisit de rejoindre la République du Cameroun pour former la République fédérale du Cameroun.

 

 

Document sans titre
activités
Prévention / Communication

Investigations

Etudes et Coopération

documents
Textes organiques

Discours / Communications

Rapports / Etudes

Législation

Communiqués

sondage
: Sondage CONAC :
L'éducation à l'intégrité peut-elle amener un changement de comportement au Cameroun?
Non
Oui
Possible ...
              

newsletter
Inscription à la NewsLetter
    S'abonner
    Se désabonner

 
Document sans titre
Home
    Copyright © CONAC 2008
     
     
 Design by JBA    
     
  haut